Mike Shore »

MIKE SHORE

L’HUMBLE BARISTA

Entrevue par Annie Lafortune
Images © Photographie Miguel Lalonde

Ses cafés proviennent de 12 pays. Choisi avec soin, chacun est unique, biologique et équitable. Afrique, Indonésie, Amérique du Sud, Pérou, Mexique, Burundi, pour ne nommer qu’eux, leurs saveurs exceptionnellement veloutées et leurs arômes font voyager les amoureux de caféine dans des lieux paradisiaques qu’ils n’auraient peut-être jamais pensé visiter.

Mike Shore, micro-torréfacteur, exploite le Café Joyeux depuis maintenant deux ans à Rockland. Il sert et vend exclusivement des cafés biologiques et équitables qu’il torréfie à l’aide d’un tambour-torréfacteur Toper TKMS 10Kg alimenté au gaz naturel.

L’éthique
Pourquoi biologique et équitable? « Le but est d’appuyer des pratiques d’agriculture qui respectent nos produits et l’environnement et de promouvoir un marché équitable ainsi que des conditions de travail justes pour ceux qui travaillent à nous amener un produit que nous aimons tant », explique Mike.

Avant de se lancer dans la torréfaction biologique de café, Mike a évolué dans l’agriculture bio. Il se pose alors plusieurs questions sur la pureté des produits que l’on achète dans les grandes surfaces. « Je me suis demandé si ce que nous consommions venait essentiellement de la terre. Est-ce que ce que nous consommons est bon ou déformé par l’humain », s’était-il questionné.

Son expérience dans cet environnement lui a permis de se familiariser avec la pureté de la saveur retrouvée dans les produits biologiques. Il a également découvert une belle passion et une éthique hors norme des travailleuses et travailleurs du milieu.

« De plus en plus de consommateurs découvrent et aiment les cafés biologiques
faciles à reconnaître  par leur logo de certification bio, explique Mike. Ils préfèrent, pour leur plaisir et leur bien-être quotidien, des cafés plus naturels et pleins de saveurs. Ils recherchent
la garantie que ces cafés biologiques sont cultivés selon des pratiques agricoles
écologiques et que les procédés de transformation bio sont respectés. »

Contexte
Un café biologique est d’abord un produit agricole biologique. Il provient de plantations de café certifiées biologiques. Les petits producteurs de café bio sont regroupés au sein de coopératives qui favorisent les méthodes de travail plus traditionnelles fondées sur le recyclage des matières organiques. Par exemple, au Nicaragua, les cultivateurs utilisent le jus de papayes broyées pour protéger les plants de café des insectes. Ils améliorent l’écosystème par la diversité des cultures. Dans les plantations, les caféiers arabica côtoient les bananiers, les avocatiers et vivent avec une grande variété de plantes, de fleurs et de grands arbres dont l’ombre les abrite à la fois du soleil et du froid des montagnes.

« On dit qu’un café est certifié bio lorsqu’il est contrôlé par les agriculteurs, les coopératives, les torréfacteurs et par des organismes certificateurs agréés », renchérit-il.

Le mentor
Avant de penser d’ouvrir son propre café à Rockland, Mike a suivi les conseils de son mentor, Joël Béland. Ce dernier, ancien propriétaire du Café de Joël, a pris le jeune trentenaire sous son aile et lui a tout appris. « Et là, je me suis dit qu’on pourrait, à nous deux, essayer quelque chose ensemble. » Joël accepte alors d’aider son élève à évoluer encore plus dans le domaine, de le seconder et de lui transmettre toujours plus de connaissances pour qu’il puisse voler de ses propres ailes en se vouant entièrement à sa passion.

Un homme simple et attachant
D’un côté plus personnel, Mike Shore est plutôt du genre discret. Drôle et sympathique, il dégage cette sensibilité, cette douceur qu’il est bon de sentir chez un être humain. On se dit alors qu’il doit mettre toutes ses qualités au profit de son café lorsqu’il le torréfie. C’est un passionné du métier et ça se sent…

Les tatouages
Quand on le rencontre, on peut s’étonner devant ses tatouages apparents. Il en a une bonne quarantaine sur son corps. Chacun a sa signification. Par exemple, les deux tatouages qu’il a sur ses avant-bras : « L’un représente un cercle et l’autre un triangle. Tous deux évoquent l’infini, l’infiniment grand », dévoile-t-il.

L’enfance
Issu d’une famille de deux enfants, c’est à Nepean qu’il grandit entouré d’amour, dans l’ouest d’Ottawa. « Quand j’étais jeune, j’aimais être seul… à rêver, à penser. Je me souviens que je voulais être avocat pour faire beaucoup d’argent, dit-il en riant. Je voulais être riche, je trouvais ça cool être riche. Je ne voulais pas sauver le monde. Mais adolescent, j’ai abandonné ce rêve. J’étais plutôt centré sur moi. Je faisais uniquement ce qui me plaisait. C’est sûrement la raison pour laquelle, lorsque je suis arrivé à l’université, je ne savais pas du tout dans quel domaine me diriger. »

Il en ressort tout de même avec un baccalauréat en histoire, de l’Université d’Ottawa. « C’était le cours le moins exigeant. Je n’avais vraiment pas envie de travailler fort. Ce n’était pas pour moi les études », renchérit-il.

Il confie qu’au début de la vingtaine, il manquait un sens à sa vie. Il se sentait vide. Il avait 23 ans lorsqu’il a fait son tout premier tatouage. Logique, puisqu’ils sont les témoins de ses questionnements. « Je ne parle pas de religion, mais de spiritualité », tient-t-il à souligner. Selon Mike, il est important de se poser les bonnes questions dans la vie, pour notre propre évolution.

« C’est essentiel de passer à travers la vie en travaillant sur soi car ici, ce n’est qu’un voyage, mais rempli de découvertes intérieures. »

Aujourd’hui, on le sent bien ancré, bien au fait de ce qu’il est en tant que personne. Tranquillement, le voyage intérieur se poursuit et c’est sûrement pour cette raison qu’il tient à faire voyager ses clients dans des contrées encore inconnues pour eux grâce à ses cafés.

D’ailleurs il n’évolue pas que du côté personnel, mais aussi du côté professionnel. Son Café Joyeux se retrouve dans quelques commerces de Prescott-Russell. On peut en trouver chez Vert Fourchette à Vankleek Hill, au Club de golf de Hammond et à L’Amie de la santé à Hawkesbury.

Vision d’avenir

Le voyage professionnel de Mike ne fait que commencer et déjà sa feuille de route se remplit. Tout est dans l’amour, dira-t-on. Lorsqu’on aime, qu’on est passionné, rien ni personne ne peut nous arrêter. C’est ce qui arrive à Mike. Celui-ci poursuivra certainement toujours sa route dans le but de faire du bien, non seulement à lui-même, mais également aux autres, et ce, avec toute l’humilité qui dessine ce personnage attachant.

Mike Shore »

MIKE SHORE

THE HUMBLE BARISTA

Interview by Annie Lafortune
Images © Miguel Lalonde Photography

His coffees come from 12 countries. Carefully selected, each one is unique, organic and fairtrade. Africa, Indonesia, South America, Peru, Mexico and Burundi are but a few of the exotic destinations to which those exceptionally smooth flavours and aromas will transport cafeine lovers even if they never expected to go there.

Micro-roaster Mike Shore has been running Joyful Coffee in Rockland for the past two years. He serves and sells only organic and fairtrade coffees, which he roasts in a Toper 10 kg natural gas fueled TKMS coffee roaster.

The ethic
“The idea is to support agricultural practices that respect our products and the environment, and to promote a fairtrade market and fair working conditions for the people who work to bring us a product that we love so much,” explained Mike.

Before launching into organic coffee roasting, Mike worked in organic farming. He had lots of questions about the purity of the products we buy in big box stores. “I wondered whether the things we consume come from the soil. Are the things we consume healthy or have they been corrupted by humans?”

His experience in this area enabled him to familiarize himself with the purity of the flavours found in organic products. He also discovered an overriding passion and sense of ethics on the part of the workers in the field.

“More and more consumers are discovering and appreciating organic coffees that are easy to recognize by their certified organic logo. They prefer more natural and full-bodied coffees for their everyday enjoyment and well-being. They want guarantees that those organic coffees are grown using ecological farming practices, and processed according to organic principles.”

Background
Organic coffee is above all an organic agricultural product. It comes from organic certified coffee plantations. Small coffee growers belong to cooperatives that promote more traditional work methods based on the recycling of organic materials. In Nicaragua for instance, growers use the juice of mulched papayas to protect the coffee plants from insects. They improve the ecosystem through the diversity of cultures. On plantations, Arabica coffee trees grow next to banana trees and avocado trees, and live alongside a wide variety of plants, flowers and large trees that can shade them from the sun and the cold in the mountains.
“Coffee is said to be certified organic when it is controlled by growers, cooperatives, roasters and accredited certification bodies,” explains Mike.

The mentor
Before opening his own café in Rockland, Mike followed the advice of his mentor, Joël Béland. The former owner of Café Joël took the young 30 year-old under his wing and started teaching him. “I got to thinking that he and I could give it a go together.” Joël agreed to help him develop further, to back him and to pass on even more knowledge so that his student could make it on his own in full pursuit of his passion.

A simple kind of guy
From the personal point of view, Mike Shore is rather shy. But he’s funny and likeable, and projects the kind of sensitivity and gentleness that it feels good to be around. Very likely he transfers all of those qualities into the coffee he roasts himself. He is passionate about his trade, and you can feel it…

The tats
At first encounter, you might be taken aback by his many tattoos. He has at least 40 of them! Each one has a meaning. Those two on his arms? “One is a circle, the other a triangle. Both represent infinity, the infinitely big,” he discloses.

Growing up
One of two children, he grew up in Nepean, in the west end of Ottawa, in a loving family. “When I was a kid, I liked to be on my own. I spent a lot of time dreaming and thinking. I remember wanting to be a lawyer so that I could earn a lot of money,” he chuckles. I wanted to be rich, I thought it would be cool to be rich. I didn’t want to save the world. But as a teen, I moved on from that dream. I was rather self-centred, doing only the things that pleased me. I’m sure that’s why by the time I got to university I had no idea what to study.”

Nonetheless, he ended up with a Bachelor’s degree in history from the University of Ottawa. It was the least demanding program. I really had no wish to work hard. Academia was simply not for me,” he adds.

In his early 20s, he had no direction, and felt empty. He was 23 when he got his first tattoo. That made sense given that they stemmed from his questions. “I don’t mean religion, but rather spirituality,” he emphasizes. According to Mike, it is important to ask the right questions in life, to ensure our own growth.

“It is essential that we go through life working on ourselves, because this is but a journey, but one filled with inner discoveries.”

At this point he seems well grounded, very likely because of who he is as a person. The inner journey is gradually evolving, which is probably why he likes to take his customers to lands that they have not yet discovered. All through his coffees.

Mike has grown not only on the personal level, but also on the professional level. His Joyful Coffee can now be found in several businesses in Prescott-Russell. You can buy it at Vert Fourchette in Vankleek Hill, at the Hammond Golf Club, and at L’amie de la santé in Hawkesbury.

The road ahead
Even at this early stage of his professional journey, his roadmap is filling up. You could say that it’s all about love. When you love, when you feel passionate, nobody and nothing can stop you. That’s the case with Mike. He is destined to pursue his journey with his heart and sights set not only on doing well, but also on doing right by others. With all of the humility you sense from this engaging guy.