Frédérick Miner »

FRÉDÉRICK MINER

AT THE SERVICE OF NATURE

Interview by Annie Lafortune
Images © Miguel Lalonde Photography

Frédérick Miner was just a kid when he fell in love with nature. So it’s hardly surprising to find him these days playing with plants, fish and vegetables. But with a few twists. This French-Canadian resident of Curran has found an innovative agricultural practice: aquaponics.

Where it all started

Flashback to the 60s. A quiet kid, Frédérick already had a green thumb when he was just knee-high to a grasshopper. Originally from Hawkesbury, he grew up on his grandparents’ three-acre farm. They soon instilled in him a love of the earth, and before long he was completely captivated by the charms of that universe, of that freedom.

“Watching a seed grow into a solid plant became a passion. Witnessing something so small come to life is a fabulous experience.”

Watching that spark grow without pesticides and nourished by organic fertilizer was to him the right way, giving every vegetable in the garden the chance to develop its very own personality. “Vegetables that grow without pesticides are all different. They look different from one another, they have their own characteristics,” explains Frédérick. “Pesticides make them all identical, and that’s not normal.”
Frédérick very quickly grasped the complexity as well as the extraordinary connection between a seed, water, earth and the human being in charge of keeping all of the plants healthy. “Plants feed us,” he adds, “and it is up to us to understand what they have to offer us. We are the caretakers.”

Taking flight

Frédérick remained steeped in that joy and those natural riches until his teens. At that point he gently took flight, dropping out of school in grade 10, and at 18 marrying Guylaine, his childhood sweetheart. They grew together, side by side, making a home in Hawkesbury. “I knew that she was my soul mate,” he says tenderly. “And so it remains today.” Like all couples, they had their ups and downs, but nothing could break them apart. Out of their love, four beautiful children were born. “We found our place,” he exclaims proudly.
His first job paved the way to becoming an electrician. He spent a few years in that field, and then moved on to robotics and the foundry sector. “I learned a lot about steam, and somehow it stayed with me, even though I had no inkling at the time that some day I would use that knowledge. It was only later that I connect steam and aquaponics.” For someone as much in love with life as Frédérick, it is important to always keep an open mind. He knows that everything happens for a reason, and you have to think outside the box.

When life throws you a curveball

In his mid-twenties, he felt the need for a career change, and moved into residential and commercial insulation. With his experience and desire to be his own boss, he started a business and ran it for 10 years. But a twist of fate forced him to give it all up in 2006.
While in Kingston, he was bitten by a tic. He got lyme disease, his body ceased to respond, and the symptoms slowly got the best of him and robbed him of his life as he knew it. He could no longer get around, he suffered chronic fatigue, and was in terrible pain. “I lost my sense of smell and all sensation in my hands. I have to look at what I touch because I can’t feel a thing.” His legs and feet are always numb. After that unfortunate event, he could only hobble around with a cane. “But since 2019 I have finally been able to get around without a cane.” Frédérick changed his diet and returned to the source by eating only organic.

Change in direction

No longer able to do any physical work, he had to reassess his future and his family’s. He started doing research in the area that he loves, which is gardening. “We always need food, so why not start growing our own? But not outside. Inside, sheltered.”
He ended up spending the whole winter in his little garage attached to the family home growing vegetables. He realized that there was real potential here. His harvest was bountiful and beautiful. So he and Guylaine decided to buy a house on a property where he could build a greenhouse. He wanted to create something. After extensive research, the couple found a house on an acre of land. The family took the leap, and the Miner clan moved to Curran, right next to Bourget.
That was the start of a new beginning. He researched ways to combine aquaculture and hydroponics. He found a whole new world of gardening. Instead of working the soil and being at the mercy of Mother Nature, he grew his vegetables in a closed system of plant and fish cultivation. Essentially, this amounts to a symbiotic combination of hydroponics, which is the cultivation of plants in water, and aquaculture, which is raising aquatic animals and vegetables in an aquatic medium.
This new approach in a controlled environment enables him to work in the greenhouse, even with his diminished capacity. “Truth be told, it’s more like a passion than work. For me, it’s a fun game.”

The process

Frédérick explains that it all starts with a tiny seed buried in a little cube of peat moss for the right pH. Nutrients are then added in the form of waste products from the fish, which become dissolved ammonia and transform into nitrite, which is the natural food for plants. The roots absorb the nutrients. “They grow in water on a styrofoam support. The roots can grow without having to work as hard as in soil.” Any excess becomes nitrate, which is not harmful to the fish, which, in Frédérick’s opinion, are the real heroes of the system, the heart of it all.
As Frédérick had mentioned, not two plants are alike in organic gardening. Each one has its own features and is unique. “There is no pesticide, chemical or genetically modified seed involved. Unfortunately, we have been conditioned to accept those products, which are harmful to our bodies,” he comments sadly.
He considers looking after the earth and what is offers a great privilege and an expression of respect for Mother Earth. He feels strongly about setting the example: knowing how to listen, see, observe and then, above all, share. Sharing his know-how and learning the skill, which can’t be done through books. Frédérick learned on the job, drawing on his research and tapping his curiosity.

Frédérick, Guylaine and one of their daughters are now 100% invested in their new store in Bourget, which they called Mag Store & plus. They sell their own organic products and those of 33 local organic farmers, all with the blessing of the Ministry of Health. The Miners see people increasingly going back to nature. “When they come by the store, we see them happy.”
This new recipe for happiness is one that Frédérick shares with anyone he meets, thanks to his love of nature, the people around him and, of course, his family.
“There is no room for selfishness. You have to serve nature. Learn and respect what she gives us and provides to us right here, before our very eyes,” he concludes, serene and smiling.

Frédérick Miner »

FRÉDÉRICK MINER

AU SERVICE DE LA NATURE

Entrevue par Annie Lafortune
Images © Photographie Miguel Lalonde

C’est tout petit qu’il est tombé en amour avec la terre, la nature. Alors aujourd’hui, on ne s’étonne pas de voir Frédérick Miner jouer avec les plantes, les poissons et les légumes, mais pas de façon traditionnelle. Ce Franco-ontarien de Curran a découvert une pratique agricole innovatrice : l’aquaponie.

Les débuts

Retour en arrière dans les années 1960. Petit garçon tranquille, Frédérick a déjà le pouce vert alors qu’il ne mesure que trois pommes. Originaire de Hawkesbury, il est élevé sur la ferme de trois acres de ses grands-parents qui l’initient rapidement à l’amour de la terre. Il tombe carrément sous le charme de cet univers, de cette liberté.

« Voir un grain pousser pour qu’il devienne un plant solide est devenu une vraie passion. Être témoin de quelque chose d’aussi petit qui prend vie, c’est fabuleux ».

Cette étincelle qui pousse sans aucun pesticide, mais qui est nourrie avec de l’engrais biologique, représentait pour lui une valeur sûre et cela donnait à chaque légume du jardin une personnalité qui lui était propre. « Les légumes qui poussent sans pesticides ne se ressemblent pas. Ils sont tous différents, ils ont leurs propres caractéristiques, raconte Frédérick, tandis que les pesticides les rendent tous identiques, ce qui n’est pas normal. »

Frédérick a très vite saisi la complexité mais aussi la merveille entre le grain, l’eau, la terre et l’humain qui est responsable de garder tous les plants en santé. « La plante nous nourrit, ajoute-t-il, et c’est à nous de comprendre ce qu’elle a à nous offrir. Nous en sommes les bergers. »

L’envol

Frédérick baigne dans ce bonheur et cette richesse naturelle jusqu’à son adolescence. Par la suite, il prend doucement son envol, abandonne l’école en 10e année et se marie à l’âge de 18 ans avec son amour de jeunesse, Guylaine. Ils évoluent tous les deux, main dans la main, dans leur maison d’Hawkesbury. « Je savais qu’elle était mon âme sœur, dit-il avec tendresse. Et c’est toujours le cas aujourd’hui. »  Comme tous les couples, ils connaissent des moments plus difficiles, mais rien ne les a jamais séparés. Et de leur amour, naîtront quatre beaux enfants. « On a su faire notre place », lance-t-il avec fierté.

Son premier boulot lui ouvre les portes en tant qu’électricien. Il évoluera quelques années dans ce domaine pour, par la suite, se diriger vers la robotique et la fonderie. « C’est là que j’en ai appris beaucoup sur la vapeur. Je ne savais pas qu’un jour ça me servirait, mais j’ai toujours gardé le procédé en tête. Et, plus tard, j’ai appliqué le côté vapeur à mon système aquaponique », relate Frédérick. Pour cet amoureux de la vie, il est important de toujours garder l’esprit ouvert. « Car, dit-il, tout arrive pour une raison. Il faut penser en dehors de la boîte. »

Le coup du sort

À la mi-vingtaine, le jeune homme a besoin d’un changement professionnel et se dirige dans l’isolation résidentielle et commerciale. Avec son expérience et son envie d’être son propre patron, il ouvre son entreprise et travaillera dans ce domaine pendant environ dix ans. Mais un coup du sort l’oblige à tout arrêter en 2006.

Alors qu’il est à Kingston, il se fait piquer par une tique. Cette épreuve bouleverse complètement sa vie. Atteint de la maladie de Lyme, son corps ne répond plus. Les symptômes s’emparent tranquillement de lui. Il est incapable de se déplacer, il éprouve de la fatigue chronique, il a mal, très mal. « Je n’ai plus d’odorat, plus de sensation dans les mains. Je dois regarder ce que je touche car je ne sens rien », raconte-t-il. Il souffre constamment d’engourdissements dans ses jambes et ses pieds. Depuis ce fâcheux évènement, il se déplace difficilement avec une canne. « Ce n’est que depuis 2019 que je peux me déplacer sans canne. » Frédérick change son alimentation. Il revient alors aux sources en mangeant bio.

Changement de cap

Tout travail physique lui est maintenant impossible. Il doit donc réfléchir à son avenir et à celui de sa famille. Il commence à faire des recherches sur ce qu’il aime, soit le jardinage. « On a toujours besoin de nourriture, se dit-il alors. Pourquoi ne pas commencer à faire pousser nos propres légumes, non pas à l’extérieur mais à l’intérieur, à l’abri. »

C’est alors que, pendant tout un hiver, dans son petit garage attenant à la maison familiale, il fait pousser des légumes. Il se rend compte qu’il y a un réel potentiel pour agrandir, car sa récolte est belle et bonne. Le couple décide alors de dénicher une maison qui aurait une terre sur laquelle il pourrait y installer une grande serre et créer quelque chose. Après maintes recherches, le couple trouve une maison assise sur un acre de terre. Frédérick et Guylaine prennent alors les grands moyens et déménagent le clan Miner à Curran, à la limite de Bourget.

S’ensuit alors une belle évolution dans la culture. Après avoir effectué des recherches, Frédérick  s’essaie dans la combinaison de la pisciculture et de l’hydroponie. Il découvre une nouvelle méthode de jardinage. Au lieu de labourer la terre et d’être à la merci de la température, il produira ses propres légumes dans un cycle fermé grâce à la culture de plantes et aux poissons. En gros, il s’agit d’un juste mélange entre l’hydroponie, c’est-à-dire la culture hors-sol par l’eau, et l’aquaculture qui désigne les activités de production animale ou végétale en milieu aquatique.

Cette pratique nouvelle dans un environnement contrôlé lui permet, avec ses limitations physiques, de travailler dans la serre. « En fait, avoue-t-il, ce n’est pas un travail mais une réelle passion. C’est un jeu agréable pour moi. »

Le processus

Frédérick explique que le tout part d’un minuscule grain se trouvant dans un petit cube de tourbe avec le bon niveau de pH. Ensuite, on introduit les nutriments offerts par la déjection des poissons qui devient de l’ammonium dissout et qui se transforme en acide nitrique, soit de la nourriture naturelle pour les plantes. Les racines absorbent les nutriments. « Ça pousse dans l’eau, sur un plateau de styromousse. Les racines, elles, n’ont pas besoin de travailler aussi fort que si elles étaient dans la terre pour essayer de pousser », explique-t-il. Ce qui est de trop devient de la nitrate, inoffensif pour les poissons qui sont, pour Frédérick, les vrais héros de leur système, le coeur de la réussite.

Comme Frédérick l’a expliqué, avec le bio, il n’y a aucun légume identique. Chacun a son aspect bien à lui. Chaque légume est unique. « Il n’y a aucun pesticide, aucun produit chimique, aucun grain modifié ou cloné. On a malheureusement formé l’humain à faire ce genre de culture néfaste pour notre corps », dit-il peiné.

Prendre soin de la terre et de ce qu’elle offre est un privilège, une forme de respect pour la grande Dame. Pour lui, il est indéniable qu’il faille être un bon guide. Savoir écouter et observer pour ensuite partager. Partager le savoir-faire et apprendre le métier qui ne se retrouve dans aucun livre. Frédérick a appris “sur le tas” en faisant des recherches, en étant curieux.

Depuis peu, Frédérick, sa femme et l’une de leurs filles s’investissent à 100 p. 100 dans leur nouveau magasin, situé à Bourget. Le nom? Magstore & More. Ils y vendent leurs produits biologiques et aussi ceux de 33 producteurs biologiques locaux, en accord avec le ministère de la Santé. Pour les Miner, il est clair que les gens se rapprochent de plus en plus de la nature. Ils le voient, le constatent. « Quand ils viennent chez nous, au magasin, on les voit heureux », se plait-il à dire.

Cette nouvelle recette du bonheur, Frédérick la transmet à tous ceux qu’il croise grâce à son amour de la nature, aux gens qui l’entourent et bien sûr, à sa famille.

« Il n’y a pas de place pour l’ego, confie-t-il. Nous devons être au service de la nature. Apprendre et respecter ce qu’elle nous donne et qui se trouve ici, juste sous nos yeux », conclut-il, serein et souriant.

 
Découvrez Clarence-Rockland

Abonnez-vous aujourd'hui

Découvrez les nouveautés de Clarence-Rockland et région

X