Robin Barré

ROBIN BARRÉ

LANCE ET COMPTE

Entrevue réalisée par Derrick Scott
Images © Photographie Miguel Lalonde

Derrick : D’où viens-tu ?
Robin : Je suis originaire d’Ottawa. En 2003, mon conjoint m’a convaincue de déménager à Hammond.

Derrick : Décris-moi ton parcours.


Robin : J’ai fait mes études à Gloucester. J’ai toujours aimé les enfants; j’ai donc obtenu un certificat en garde éducative à l’enfance à la Cité collégiale. Malheureusement, l’instabilité du domaine m’a poussée vers une nouvelle carrière. J’aime organiser, travailler avec les détails pour créer des processus… J’ai eu la chance de trouver un poste de coordonnatrice chez Communications Canada. Par la suite, j’ai suivi des cours de gestion. Maintenant, je travaille à mi-temps à la bibliothèque publique de Clarence-Rockland en tant que coordonnatrice des programmes pour les adultes. J’adore mon travail car je rencontre beaucoup de gens.

Derrick : Tu es aussi une entrepreneure ?
Robin : Oui, je suis en affaires avec mon conjoint. Nous formons un bon duo: il est entrepreneur électricien et je suis contracteur.

Derrick : Y a-t-il des obstacles pour les femmes dans le domaine de la construction ?
Robin : Personnellement… pas pour moi. Il y a beaucoup de respect. Même si c’est nouveau en ce qui me concerne, je constate que tout le monde s’entraide. On se connaît très bien. L’expérience aide également; la coordination est facile lorsqu’on en connaît les étapes.

Derrick : Tu es aussi très engagée dans la communauté. Tu fais partie de quel organisme ?
Robin : Je fais partie du Club optimiste de Hammond, de l’Association du hockey mineur du canton de Clarence (AHMCC) ainsi que de la paroisse St-Mathieu. Je dirais que la majeure partie de mon temps est consacrée au club optimiste.

Derrick : Pourquoi le club optimiste ?
Robin : Pour moi, c’est important car j’ai de jeunes enfants. Ma famille profite directement de ce que le club offre comme activités. Je veux redonner. Mes enfants voient que je donne de mon temps et je crois qu’ils apprennent de cela. C’est comme le karma: tu donnes et quelque chose de bien va te revenir. Tu n’obtiens pas un retour financier ou matériel. Je trouve important que mes enfants comprennent ça.

Derrick : Tu es un exemple ?
Robin : Ma fille est présidente du club optimiste junior. Elle apprend beaucoup. Elle est très ambitieuse et c’est une fonceuse. Le club lui donne l’occasion, en dehors de l’école, d’apprendre à faire des discours, de préparer des activités. Elle travaille avec les plus jeunes et apprend la gestion. C’est beau de la voir aller ! C’est l’une des raisons pour lesquelles j’aime le club. Ce ne sont pas seulement les adultes qui transmettent leurs connaissances aux enfants; les enfants apprennent aussi par eux-mêmes.

Derrick : As-tu toujours fait du bénévolat ?
Robin : À l’école, j’ai toujours fait partie de plusieurs clubs. J’ai décidé de m’impliquer dès mon arrivée à Hammond. Je fais partie du club optimiste depuis près de neuf ans.

Derrick : Tu viens de la ville… Quel choc as-tu eu en arrivant en campagne ?
Robin : La famille de mon conjoint possède une ferme laitière et nous étions voisins. Les bruits du voisinage, de la ferme et le manque de restaurants à proximité sont les chocs auxquels j’ai dû faire face. En fait, le club optimiste m’a beaucoup aidé à surmonter l’isolation sociale, à établir des liens de confiance et à faire partie de la communauté.

Derrick : Parle-moi de l’Association du hockey mineur du canton de Clarence.
Robin : J’ai débuté avec l’AHMCC en tant que secrétaire. Par la suite, on m’a demandé d’en devenir la présidente. J’ai accepté avec enthousiasme car je savais que j’allais en apprendre beaucoup. Mon fils était fier de moi, de savoir que j’allais recevoir l’information avant les autres et que je serais capable d’obtenir des réponses à ses questions. Mon engagement m’a permis d’établir une belle relation avec mon garçon. Il est un ado de 15 ans… c’est donc une relation que je qualifierais d’exceptionnelle.

Derrick : Pourquoi la présidence ?
Robin : J’ai accepté le rôle de présidente en sachant qu’une très bonne équipe allait travailler avec moi, une équipe possédant de nombreuses années d’expérience et qui connaît le hockey. Je détiens le titre de présidente, mais je dois avouer que mon équipe est formidable. J’ai développé de nouvelles amitiés. Il ne faut pas avoir peur de prendre des rôles comme la présidence, ce n’est qu’un titre. C’est vraiment à chacun de décider de son niveau d’engagement.

« Il y a un immense pouvoir lorsqu’un groupe de personnes ayant des intérêts semblables se réunit pour travailler à l’atteinte des mêmes objectifs. »

Derrick : Quelles sont les tâches que tu effectues en tant que présidente ?
Robin : Il y a des rencontres… C’est ton équipe qui fait avancer les projets. Tu recueilles l’information et tu peux avoir à gérer certaines situations. Tu n’as pas à prendre toute la responsabilité; tu fais partie d’une équipe. Il y a aussi les rencontres de district, comprendre les raisons derrière les réglementations…

Derrick : Parle-moi de ton rôle à la paroisse.
Robin : Je fais partie du comité de pastorale. Mon rôle est d’aider à l’organisation des différentes célébrations. Je crois que l’église est importante dans la communauté. La paroisse St-Mathieu rayonne jusqu’à l’école. J’ai la foi et je crois qu’il est important de la transmettre.

Derrick : Quels conseils donnes-tu à nos lecteurs face aux nombreux choix disponibles pour faire du bénévolat ?
Robin : Il faut faire un choix qui répond à son propre style de vie. Pour ceux qui n’ont pas beaucoup de temps, il est toujours plus facile de combiner la vie familiale avec le bénévolat. Quelques heures ici et là peuvent faire une différence. La relève est toujours bonne pour un organisme. Ce n’est pas un contrat à vie, on donne ce que l’on peut, aussi longtemps que ça nous convient.

Derrick : Comment entrevois-tu ton avenir ?
Robin : Je veux continuer a faire du bénévolat. J’aime ça, j’apprends toujours. C’est une façon facile d’apprendre sans avoir à aller à l’université ou au collège. Je suis une personne travaillante et ça me tient occupée, jeune et impliquée avec ma famille.