Gilles Chartrand »

GILLES CHARTRAND

THE LOQUACIOUS ARCHIVIST

Interview by Stéphanie Simard
Images © Miguel Lalonde Photography

Stéphanie: Tell us about you. Where are you from?
Gilles: I was born on February 25, 1944, in Clarence Creek. I come from a family of ten children. I am the oldest of eight boys. I have two sisters, one of whom is the oldest, and the other the youngest. Eight boys…poor girls! Actually, had anyone laid a hand on either of them, World War III would have broken out! Fortunately, out in the country, people treated each other with respect, so we never had any problems.

Stéphanie: So you went to country schools?
Gilles : Yes, we went to School Number 16. It was three miles (5 km) from home on Clarence Road next to what is today known as Baseline and Landry. We didn’t walk to school, we ran there. We loved getting there early to have some fun before class. All eight classes were packed into one room. Because I was somewhat frail, the doctor suggested that my parents put off getting me into school. That way, I could avoid having to walk the three miles in the winter. So I did my first grade in three months! They used to call me “the dictionary”. I always love reading and learning. That was how I managed to skip grade 7.

Stéphanie: Did you go to high school?
Gilles: I went to Rockland High School. After graduating, sometime in 1962, I worked as a cashier for the Canadian National Bank in Ottawa. Our offices were across the street from the Château Laurier. After that, I worked for the Caisse populaire Ste-Anne on St-Patrick Street.

Stéphanie: Did you find your soulmate?
Gilles: Yes! Around 1963, I met Nicole at Le Normandie, a dance hall. The hall was across the street from Rockland City Hall. Nicole was one of the prettiest women in Bourget…a lovely redhead! I even remember what she wore that evening: a white blouse and a red skirt. When I saw her, I gathered up my courage and asked her to dance. I was lucky to end up with a good woman. On August 20, 1966, we were married in Bourget’s Église Sacré-Coeur.

Stéphanie: Tell me about your career.
Gilles: My wife Nicole worked for a notary who had more work than he could handle. He managed several businesses, including a general insurance company. He offered me his franchise. I passed the exam and got my insurance licence. I worked in the insurance and financial products field for 42 years.

Stéphanie: How did you reconcile your work and family life?
Gilles: My work required that I meet with clients in the evenings. Nicole put up with a lot, and always backed me up. Just to balance it out, we joined Club Richelieu, and represented it at congresses. That gave us the opportunity to travel and attend conferences in some major hotels, such as the Queen Elizabeth Hotel in Montréal. We were also Amway representatives, which enabled us to do lots of things together, and helped balance things out. My wife was an angel. I was so lucky to have her in my life for all those years. She passed away 11 years ago. Fortunately, she gave me two lovely daughters. They are the living portraits of their mother!

Stéphanie: When you see Nicole in your daughters, do you feel as though she’s still with you?
Gilles: Definitely, and what’s more, I have her portrait up in the museum. She’s watching me to make sure I behave. I’m no longer twenty years old and inclined to get into trouble! Anyhow, I don’t have time for a girlfriend. My commitment to the museum and my other volunteer activities take up a lot of my time.

Stéphanie: Tell me about how you started volunteering.
Gilles: For seven years, I was a volunteer fire fighter, and at the same time worked as a paramedic. I founded a couple of broomball leagues (men’s and women’s) in Rockland. They were the best in Ontario. Unbelievably, one of the teams on our women’s league won the provincial championship for 14 years running. I was involved with the sport at both the local and national levels.
I am also the founding member of the Conseil des arts, de la culture et du patrimoine de Prescott et Russell (CAPRAC).

“Where your talents and the needs of the world meet, there is your vocation.”

Stéphanie: People in the area mostly know you as the guy who set up the Clarence-Rockland Museum. How did that come about?
Gilles: I had been dreaming about having a museum in the area for a long time. Some 20 years ago, I did some research, and realized that the cost would be astronomical. A “real” museum would have been between seven and eight million dollars. I told myself to forget about it. One day, by chance, I was at the St-Joseph Nursing Home in Rockland getting my annual flu vaccination. Afterwards, I had to wait 30 minutes in case there were any side-effects. I got to talking with the widow of Vianney Laporte, the author of, among other things, La petite histoire de Rockland in 1982. We were talking about the gradual disappearance of old buildings in Rockland. I told her that I had heard that there were models representing the old city of Rockland, but that these too had disappeared. To my great surprise, she told me that they were still around, in Hull, in fact, in her brother-in-law’s basement. Dollar Laporte had spent 10 years building those models, and had kept them in storage for more than 35 years. Out of curiosity, I immediately called Mr. Laporte and, once again to my great surprise, it turned out that he had been awaiting my call for some time! He had read a newspaper article about my interest in heritage. So he donated his entire collection!

The first exhibition was at the Cumberland Museum, and lasted six months. The second was at the YMCA for three months. In 2010, the Centre culturel de Rockland closed, and Mayor Richard Lalonde offered me the space for the exhibit. That was the start of the museum.

Stéphanie: What can we find at the museum?
Gilles: A better question would be what can’t you find at the museum! Piece by piece, the museum filled up thanks to donations from people around the region. The museum has more than a million items, including 30,000 books, which I’m still trying to get through! We have more than 2,000 binders with 850,000 to 950,000 pages, photos, documents, pins and maps of the region and the whole world. We have six permanent exhibits. This is a treasure trove of historical and educational material!

Stéphanie: Are you employed by the museum?
Gilles: No, I’m a volunteer, and I wouldn’t have it any other way. When I add up all the hours I am currently putting in, I realize that the City would have to pay me time and a half, and the budget would certainly not be able to handle it! I am fine the way things are.

Stéphanie: What do you see in the future for the museum?
Gilles: We want to set up a non-profit organization. That way the museum could receive donations. We might be able to hire someone to look after it. There are young people who studied in this field at college or university, who would love nothing better. Once you have some working capital, everything is possible.

Stéphanie: How do you see your future?
Gilles: As long as my health holds, I will continue to volunteer at the museum. It’s quite something to love what you do and do what you love.

Gilles Chartrand »

GILLES CHARTRAND

LE VOLUBILE ARCHIVISTE

Entrevue par Stéphanie Simard
Images © Photographie Miguel Lalonde

Stéphanie : Parlez-nous de votre parcours. D’où venez-vous ?
Gilles : Je suis né le 25 février 1944 à Clarence Creek. Je viens d’une famille de dix enfants. Je suis l’aîné de huit garçons. J’ai deux soeurs, une est l’aînée, l’autre est la cadette. Huit garçons… Pauvres filles ! Non, au fait, s’il avait fallu que quelqu’un touche à l’une de nos soeurs, ça aurait été la troisième guerre mondiale ! Heureusement, en campagne tout le monde se respectait, nous n’avons jamais eu de problèmes.

Stéphanie : Vous avez donc connu les écoles de campagne ?


Gilles : Oui, nous allions à l’École numéro 16. Elle était située à trois milles (5 km) de la maison sur le chemin de Clarence près de la grande ligne (aujourd’hui chemin Baseline et Landry). On ne marchait pas jusqu’à l’école, on y courait. On aimait arriver tôt pour s’amuser avant les classes. Il n’y avait qu’une seule pièce pour les huit classes. Parce que j’étais plutôt frêle, le médecin avait suggéré à mes parents de retarder mes débuts à l’école. De cette façon, j’allais éviter les trois milles de marche hivernale. J’ai donc fait ma première année en trois mois ! À l’école, on m’appelait « le dictionnaire ». J’ai toujours été enclin à la lecture et à l’apprentissage. C’est ce qui m’a permis de sauter ma 7e année.

Stéphanie : Êtes-vous allé à l’école secondaire ?
Gilles : Oui, j’ai fait mon secondaire au Rockland High School. Après mes études, vers 1962, je suis devenu caissier pour la Banque Canadienne Nationale à Ottawa. Nos bureaux faisaient face au Château Laurier. Par la suite, j’ai travaillé pour la Caisse populaire Ste-Anne sur la rue St-Patrick.

Stéphanie : Avez-vous trouvé l’âme soeur ?
Gilles : Oui ! Vers 1963, j’ai rencontré Nicole à la salle de danse Le Normandie. Cette salle était située en face de l’hôtel de ville de Rockland. Nicole était l’une des plus belles femmes de Bourget… une belle rousse ! Je me rappelle même ce qu’elle portait ce soir-là : une blouse blanche et une jupe rouge. Quand je l’ai vue, j’ai pris mon courage à deux mains et je l’ai invitée à danser. J’ai eu de la chance, je suis tombé sur une bonne femme. Le 20 août 1966, nous nous sommes mariés à l’Église Sacré-Coeur de Bourget.

Stéphanie : Parlez-moi de votre carrière.
Gilles : Mon épouse Nicole travaillait pour un notaire qui avait une surcharge de travail. Il gérait plusieurs entreprises, dont une compagnie d’assurance générale. Il m’a offert sa franchise. J’ai passé l’examen et j’ai obtenu ma licence en assurance. J’ai travaillé dans le domaine des assurances et des produits financiers pendant 42 ans.

Stéphanie : Comment avez-vous concilié la famille et les affaires ?
Gilles : Mon travail m’amenait à rencontrer des clients en soirée. Nicole m’a beaucoup « enduré » et soutenu. Pour faire contrepoids, nous avons fait partie du Club Richelieu en étant mandataires du club lors des congrès. Ça nous a permis de voyager et de participer à des conférences dans de grands hôtels tels que le Reine Élisabeth à Montréal. Nous étions aussi représentants pour la compagnie Amway, ce qui nous a permis de faire beaucoup d’activités ensemble et de créer un bon équilibre. Mon épouse était un ange ; j’ai été choyé de l’avoir dans ma vie pendant toutes ces années. Elle est décédée il y a déjà 11 ans. Heureusement, elle m’a donné deux bonnes filles. Elles sont le portrait vivant de leur mère !

Stéphanie : En voyant Nicole à travers vos filles, c’est tout comme si elle était encore à vos côtés ?
Gilles : Oui et en plus, j’ai son portrait au musée. Elle me surveille pour que je sois toujours un bon garçon. Je n’ai plus vingt ans pour faire de mauvais coups ! De toute façon, je n’ai pas le temps d’avoir une petite amie. Mon engagement avec le musée et mes autres activités de bénévolat prennent beaucoup de mon temps.

Stéphanie : Parlez-moi de vos débuts en tant que bénévole.
Gilles : Pendant sept ans, j’ai fait partie de la brigade des pompiers volontaires et travaillé sept ans également en tant qu’ambulancier. J’ai aussi été fondateur des ligues – masculine et féminine – de ballon-balai de Rockland. Il s’agissait des ligues les plus fortes en Ontario. Incroyablement, l’une des équipes de notre ligue féminine a remporté le championnat provincial pendant 14 ans. Je me suis impliqué dans ce sport autant à l’échelle locale que nationale. Je suis aussi membre fondateur du Conseil des arts, de la culture et du patrimoine de Prescott et Russell (CAPRAC).

 

« Là où vos talents et les besoins du monde se rencontrent, là se trouve votre vocation. »

Stéphanie : Les gens de la région vous connaissent principalement pour la création du Musée de Clarence-Rockland. Décrivez-moi le cheminement de ce rêve.
Gilles : Je rêvais depuis longtemps d’avoir un musée dans la région. Il y a 20 ans, j’ai fait des recherches et constaté le coût astronomique d’une telle idée. Pour bâtir un « vrai » musée, il aurait fallu entre sept et huit millions de dollars. Je me suis dit : « Oublions ça !  » Un jour, par hasard, j’étais au St-Joseph Nursing Home à Rockland pour recevoir mon vaccin annuel contre la grippe. Après l’injection, je devais attendre 30 minutes en cas d’effets secondaires. Je me suis mis à discuter avec la veuve de l’auteur Vianney Laporte (il a écrit entre autres « La petite histoire de Rockland » en 1982). On parlait de la disparition au fil du temps d’anciens édifices de Rockland. Je lui ai mentionné que j’avais entendu parler de maquettes qui représentaient l’ancienne ville de Rockland et que celles-ci avaient aussi disparu. À ma grande surprise, elle m’a répondu qu’elles existaient toujours ! Elles étaient à Hull, dans le sous-sol de la maison de son beau-frère, Dollar Laporte. M. Laporte avait fabriqué ces maquettes sur une période de 10 ans et les avait remisées pendant plus de 35 ans. Par curiosité, j’ai immédiatement téléphoné à M. Laporte et – encore une surprise – celui-ci attendait mon appel depuis quelque temps ! En effet, il avait lu un article de journal qui décrivait mon intérêt pour le patrimoine. Il a donc fait don de toute sa collection !

La première installation fut réalisée au Musée de Cumberland, pour une durée de six mois. La deuxième fut au YMCA pendant trois mois. En 2010, le Centre culturel de Rockland a fermé ses portes. Le maire Richard Lalonde m’a offert cet espace pour y faire l’installation. Ce fut le point de départ du musée.

Stéphanie : Que retrouve-t-on au musée ?
Gilles : Ce serait plus simple de demander ce qu’il n’y a pas au musée ! Pièce par pièce le musée s’est rempli de dons de gens de la région. Il contient plus d’un million d’articles. On parle de 30 000 livres et je n’ai pas fini de tous les lire ! On a plus de 2 000 cartables qui contiennent de 850 000 à 950 000 pages, photos, documents, épinglettes et cartes de la région et du monde entier. Nous avons six expositions permanentes. C’est une source historique et éducative incroyable !

Stéphanie : Êtes-vous employé par le musée ?
Gilles : Non, je suis bénévole et je ne voudrais pas que ce soit autrement. En calculant toutes les heures que je travaille présentement pour subvenir aux besoins du musée, la ville aurait à me payer à temps et demi et je ne crois pas que ça fonctionnerait dans les budgets ! Je suis bien comme ça. J’aime donner de mon temps.

Stéphanie : Quel est l’avenir du musée ?
Gilles : Nous voulons créer une corporation à but non lucratif. De cette façon, le musée sera en mesure de recevoir des octrois. Nous pourrons possiblement avoir un employé pour s’en occuper. Il y a des jeunes qui ont étudié dans ce domaine au collège ou à l’université qui n’attendent que cette chance. Avec des fonds de roulement, tout est possible.

Stéphanie : Comment entrevoyez-vous votre avenir ?
Gilles : Tant et aussi longtemps que ma santé me le permettra, je serai bénévole au musée. C’est une belle mission d’aimer ce que l’on fait et de faire ce que l’on aime.