Denise Chenier »

DENISE CHENIER

VIVRE AU PARADIS

Entrevue par Kate Kneisel. Images © Photographie Miguel Lalonde

En tant que propriétaire exploitante du chenil À la patte poilue, Denise Chenier réalise son rêve d’enfance. « J’ai toujours voulu vivre à la campagne pour pouvoir secourir les animaux. » Célébrant maintenant sa 5e année en affaires, Denise accueille jusqu’à 30 chiens et chats, et les aime tous autant que s’ils étaient les siens.

Le chemin a été long pour arriver où elle est aujourd’hui. Son parcours a commencé à l’Alta Vista Animal Hospital, où elle a travaillé pendant les 20 premières années, après quoi, chaque emploi l’a rapproché du « paradis » où elle vit et travaille aujourd’hui.

Alors qu’elle était une jeune femme, Denise a travaillé dans une écurie d’hippodrome, en plus d’être propriétaire d’une friterie mobile, qu’elle opérait avec l’aide de sa mère. Elle a également travaillé de nuit à peindre des publicités dans des fenêtres de commerces. Elle était portée par son rêve. Huit ans plus tard, à l’âge de 27 ans, Denise a acheté son premier 5 acres de terres agricoles, avec des forêts et un petit lac. C’est là qu’elle a élevé ses jumeaux, qui l’aident occasionnellement au chenil.

Lorsqu’un client arrive avec un nouveau chien, Denise relève des indices à partir du langage corporel pour en apprendre plus sur la personnalité du chien. « Vous devez savoir que lorsque le parent est là — tout comme lorsque vous amenez votre enfant à la garderie — c’est une dynamique complètement différente. Ils sont nerveux et protecteurs de leurs propriétaires, » explique-t-elle.

Plus tard, Denise présente ses deux chiens amicaux, Buddy et TJ, au nouveau client à 4 pattes, et cette interaction contribue également à comprendre la nature du nouveau chien. « Je veux que chaque chien passe un bon moment. Ils trouvent parfois un ami tout de suite, mais ici, ils n’ont pas à entrer dans le moule — je m’adapte avec la façon dont le chien est — ils sont tous uniques. »

La cour clôturée permet aux animaux de courir à l’extérieur au besoin. À partir des allées extérieures fermées de la chatterie, « les chats peuvent regarder les oies, les poules, et Charlotte, la truie, se promener dehors lorsque le temps le permet », dit Denise. À l’intérieur, un aquarium garde les chats amusés et les fenêtres ensoleillées ont des endroits confortables dans lesquels se recroqueviller.

« Je suis la personne la plus chanceuse au monde, » dit-elle. « J’ai fait mes choix. Même si cela a été difficile à certains moments, je ne peux pas vraiment demander mieux. »

Visionnez l'entrevue intégrale